Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Constellations des arts, de la culture et de la littérature au pluriel.
  • Constellations des arts, de la culture et de la littérature au pluriel.
  • : Mon blog fait la promotion des choses, des valeurs et des biens artistiques, culturels et littéraires.
  • Contact

Profil

  • Jean Frantz PHILIPPE
  • Je suis curieux et rebelle de nature. J'aime la vie et tout ce qui émerveille. Le côté caché des choses m'intéresse beaucoup. L'art, la culture et la littérature constituent ma devise.
  • Je suis curieux et rebelle de nature. J'aime la vie et tout ce qui émerveille. Le côté caché des choses m'intéresse beaucoup. L'art, la culture et la littérature constituent ma devise.

Recherche

L'imaginaire

"Le plus bel arrangement est un tas d'ordures disposées au hasard."

Héraclite


"Les espaces du Nouveau Monde fournissaient un matériau de choix pour ces rêveries méthodiques, soigneusement organisées, qui présentent l'envers du réel comme son prolongement vraisemblable, ou tout du moins souhaitable."

Gérard Bouchard

 

PJF.jpg

Archives

13 août 2009 4 13 /08 /août /2009 17:16

C'était un après midi de juillet 2009. Une chaleur terrible persistait en dépit du fait que le soleil dibrase* s'était pudiquement réfugié derrière l'horizon comme horrifié du spectacle que s'ingéniaient à lui offrir les hommes et les femmes de ce pays. Je trouvais Pè Tontonassis seul sous le flamboyant de sa cour, ayant sur le visage une expression qui cataloguait le dégoût. Tellement préoccupé dans ses pensées, Pè Tontonne s'aperçut même pas de mon arrivée. Quand j'étais arrivé auprès de lui, je lui caressais la tête pour le saluer et lui avertir que j'étais là. Content de me voir, avant même de lui demander la raison de son attitude perplexe, il me lançant:"Kouman bagay yo ye, mon garçon?"- Ou konnen, papi, pito nou lèd men nou la, lui répondis-je, en m'asseyant. Pè Tonton, l'air perplexe, se dépêcha de mettre sa pipe à la bouche comme pour se consoler.

 

- Pito ou lèd, ou la!!! Figure-toi, mon garçon, que cela fait plus d'une année que je réfléchis sur cette affaire de Pito nou lèd, nou la. Tu trouves cela normal de répondre à tout bout champs pito nou lèd, nou la?

- Je ne comprend pas, Pè Tonton, dis-je sincèrement étonné.

- Men se pou w konprann, mon garçon. Quand on demande à un haïtien comment il réagit fâce aux problèmes sociaux, politiques et économiques de son pays, il répond toujours pito nou lèd nou la. Ki nou? Nou la ki kote? Car en fait, mon garçon nou pa janm la. Le marron est dans sa forêt.

- Men ki sa w ta vle pou m' te reponn, papi?

- Men se pou w te di m' wap goumen pou sa chanje, mon garçon. Tu es jeune. Et la jeunesse, dit-on, est l'espoir du pays. Tu ne dois pas te résigner de cette merde là. En disant constamment pito nou lèd nou lac'est comme si nous avons tourné le dos à l'espoir, le dos au soleil ... c'est effrayant, mon garçon ... c'est la négativité partout ... otan nou renmen chante Goumen pou sa nou kwe de BARIKAD K., autant nous désertons le champs de notre combat ... c'est la même chose pour cette affaire d'Haïti chérie. Jamais un peuple n'a autant chanté son pays e pa gen yon pèp ki pi rayi peyi l' tankou nou.

- Tu es amer ce soir, Pè Tonton, dis-je ... Mais j'avoue que tu as raison ... Quand on réfléchit un peu, on trouve cette affaire de pito nou lèd nou la un peu louche.

- un peu louche! s'écria le grand homme ... Mais c'est plus que louche ... Tu sais quelles sont les premières conclusions de l'intellectuel que je suis?

- Je suis impatient de les entendre, papi.

- Nous sommes tous des fuyards, mon garçon ... On dirait que ces années de corruption, de division, de crime ... ont eu raison de nous. Comme des lâches nous abandonnons notre responsabilité de citoyenneté. Nous oublions que nous sommes faits pour progresser en travaillant assidument. Nous préférons de se cacher sous ce masque pito nou lèd nou la au lieu de lutter pour le changement.

- C'est une sorte de non espoir généralisé pour l'avenir du pays. Une négativité haïtienne absolue, on dirait.

- Exactement, mon garçon. On ne croit plus au demain meilleur du pays, on accepte par une résignation mortelle l'état lamentable dans lequel on est.

- Tu as peut-être raison, Pè Tonton.

- Evidemment. Tu commences peut-être à comprendre le drame funèbre de ce pays, mon garçon. Cette affaire de pito nou lèd nou lanous montre l'extrême gravité de ce cancer qui nous ronge depuis la nuit des temps. Tu dévines l'aura négatif de ce pays avec à peut près sept millions d'haïtiens qui acceptent pito yo lèd yo la.

- Je vais dès à présent entamer le processus d'abandon de cette mentalité qui tue au profit de ce grand combat pour le redressement de mon pays, Haïti. L'autre Haïti est possible si je crois, si nous croyons tous.

- Merci, mon garçon. Merci encore. Va partager cette bonne nouvelle avec tes frères, les jeunes de ce beau pays, Haïti.

        Le vieil homme se perdit dans ses pensées, et je me dis, qu'en vérité, je partagerai cette bonne nouvelle salvatrice à tous les haïtiens, jeunes et vieux, que je croiserai sur ma route.

(la photo est prise par moi, PJF)


Jean Frantz PHILIPPE.

Partager cet article

Repost 0
Published by Philippe,Jean Frantz - dans Nouvelle
commenter cet article

commentaires

Ida 03/09/2009 05:28

Oui, bien sûr. En te donnant ce que je sais, ce qu'on m'a donné à moi aussi à une certaine période.

Après, c'est à chacun d'entre nous à voir ce que l'on souhaite en faire.

Donc, je relis ton texte de façon plus minutieuse et je te communique mes réflexions plus tard.

N'oublie jamais, ce ne sera qu'un avis, le mien, l'auteur reste toujours maître de son oeuvre.

Amitiés,

Ida

Philippe,Jean Frantz 04/09/2009 01:55


D'accord. Je suis impatient de recevoir tes réflexions.

En attendant je te souhaite de bonne et belle forme.

Amitiés.


Ida 30/08/2009 15:51

Que d'émotions échangées entre ces deux générations. Certes, ton pays veut se sortir d'une impasse dans laquelle on l'a mis. Que de courage pour cette jeunesse dont tu fais parti, faut-il ! Une solide conviction qu'ici est mieux qu'ailleurs pour rester et faire changer les choses.
Ailleurs, c'est tellement devenu autre chose que ce que la littérature nous a laissé croire pendant des générations.

Ton texte peut encore s'enrichir, ne serait-ce qu'en respectant les règles de la typographie et peut-être quelques erreurs de syntaxe. Mais je suis sûre qu'il peut aller loin tant soit peu que tu lui donnes sa chance et le présente aux bons endroits.

A te relire encore et toujours plus plein de volonté d'agir. Et à chaque fois nous laisser connaître le monde dans lequel tu vis.

Amitiés,

Ida

Philippe,Jean Frantz 31/08/2009 19:50



Merci des tes mots bourrés de réflexion. Oui, du courage et d'une solide conviction il nous faut en abondance pour faire changer les choses ici! Et crois-moi, les choses doivent vraiment changer.


Concernant le texte, je souhaite de tout coeur qu'il aille vraiment loin. Peut-être il me manque quelques informations. Peux-tu m'aider?


Prend bien soi de toi.


Amitiés,



Association AJAFRE 19/08/2009 20:36

Salut, Philippe. Cmnt tu vas ?
Je suis avec toi. J'aime ce que tu fais.

Je vais laisser ce cancer Pito nou lèd nou la.

A bientot.

Philippe,Jean Frantz 19/08/2009 20:53


Très bien ta résolution.

Genbe rèd pa moli.


Brigitte Lascombe 19/08/2009 15:30

Bonjour Jean Frantz,je passe juste pour un petit coucou pour voir si ça va (mieux)Bisous
Brigitte

Philippe,Jean Frantz 19/08/2009 20:57


Merci de passer. Je m'arrage de jour en jour pour tout va mieux. Concernant l'article sur "L'eau, source de vie..." j'avais quelques difficultés, maintenant tout va presque bien;d'ici la semaine
qui vient je posterai la 1ère partie de mon article.

Bisous

Et à bientot.


Brigitte Lascombe 16/08/2009 19:34

Haïti est un beau pays,merci de nous faire partager cet amour de ton pays.Bisous

Philippe,Jean Frantz 19/08/2009 21:01


Je t'en prie, tendre amie.

Plein de bisous à toi. A bientot.


">

Mes Articles Récents

  • Après quatre mois, L'ombre animale brille trois fois ...
    Le jeune romancier Makendy Orcel remporte trois prix littéraires avec son dernier roman édité chez Zulma tiré L'ombre animale. Cliquer sur ce lien pour lire l'article: http://lenouvelliste.com/lenouvelliste/article/158150/Trois-prix-litteraires-pour-...
  • 12 avril 2011 – 12 avril 2016 : cinquième anniversaire de naissance d’ASSOCC.
    Par Jean Frantz PHILIPPE, Rédacteur à INFERNO NEWS, Poète, haïkiste, photographe amateur, animateur culturel et enseignant. Émail : pejifrantzou1@gmail.com Hier, Pétion ville a été le siège d’un cinquième rappel de l'existence d’un grand espace culturel,...
  • Le clochard de ma ville perdue
    Il était une fois dans ma ville perdue, un clochard qui s’appelait Paulidord. Il était terriblement sale. Ses vêtements déchirés étaient aussi crasseux que son corps et ses cheveux. Il avait un air répugnant et son regard instable suivait toujours son...
  • Voyage incertain
    Le vent du nord souffle Et crève ma rêverie Puis dans un ciel nuageux Je voyage Comme un oiseau migrateur A la recherche de moi heureux Mes fantasmes et mes chimères Trouvent libres coups Dans un champ de jasmin Entourant des eaux bleues Encore souffle...
  • Nouveau printemps
    L'affection d'une mère pour son fils. Nouveau printemps assise sous le palmier d'en face dans ses cheveux le vent caresse les racines vitales sous les yeux des oiseaux Bonne fête ma petite sœur adorée, Sabine Philippe Jeune. Que ce nouveau printemps d'alliance...