Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Constellations des arts, de la culture et de la littérature au pluriel.
  • Constellations des arts, de la culture et de la littérature au pluriel.
  • : Mon blog fait la promotion des choses, des valeurs et des biens artistiques, culturels et littéraires.
  • Contact

Profil

  • Jean Frantz PHILIPPE
  • Je suis curieux et rebelle de nature. J'aime la vie et tout ce qui émerveille. Le côté caché des choses m'intéresse beaucoup. L'art, la culture et la littérature constituent ma devise.
  • Je suis curieux et rebelle de nature. J'aime la vie et tout ce qui émerveille. Le côté caché des choses m'intéresse beaucoup. L'art, la culture et la littérature constituent ma devise.

Recherche

L'imaginaire

"Le plus bel arrangement est un tas d'ordures disposées au hasard."

Héraclite


"Les espaces du Nouveau Monde fournissaient un matériau de choix pour ces rêveries méthodiques, soigneusement organisées, qui présentent l'envers du réel comme son prolongement vraisemblable, ou tout du moins souhaitable."

Gérard Bouchard

 

PJF.jpg

Archives

4 février 2013 1 04 /02 /février /2013 11:31

 

543954_108316462683440_975277419_n.jpg

 

Très heureux de vous présenter un grand poète classique de ma terre natale. Environ 79 ans après, il n'y a pas encore un mois que j'ai eu le privilège de tomber sur ses écrits. Et mon soucis de partager est plus fort que tout. Voilà pourquoi je suis aussi fier de vous le présenter. J'emprunte sa plume pour le faire:

 

 

.-Origine et devenir.-

 

Dans le clair vallon de Drouillard,

Entouréd’arbresvoisins des brouillards,

Au bas d’un plateau semi aride,

Dans la section rurale de camathe

Riche en plantations de qualités différentes

Il était une grande et belle Chaumière;

Somptueuse, quoique battue de poussière.

II

Cette chaumière abritait un couple,

Un aimable couple de laboureurs,

Qui chaque jour sous le dur labeur

Se courbait avec patience et ensemble.

C’est de ce jeune couple admirable,

A l’agriculture à jamais condamné,

Qu’en mil neuf cent trente quatre je suis né.

III

De Drouillard en quittant le long sentier,

En passant sous l’ancien et grand sablier;

On atteint la grande route du Bourg

Saint Michel, ville aux grands Atouts.

Et refusant cette route si belle,

On entre au corridor rivière Doudouce

Qui conduit á la localité Nan Source.

IV

C’est là, qu’avec mes cousins j’ai grandi.

Bien que, fort souvent fouetté et puni,

C’est là, que mon père m’a appris á lire,

A compter, á régler et á écrire.

C’est là, qu’il m’a appris le jardinage,

Sarcler, planter construire les entourages,

Et á soigner les bêtes du pâturage.

V

Cette formation qu’à présent je juge Vitale

M’a rendu en un sens, sans rival.

Je l’ai acquise en très peu de temps

Entre cinq ans d’âge á seulement neuf ans.

Mon père, Pierre Joseph Saint Julien

M’a mis á l’école de Blaise Estilien

Pour achever les classes enfantines.

VI

Au côté Sud-est du presbytère,

S’élevait une très vieille maison

Longue de plusieurs dizaines de mètres

Barrant ainsi á la vue le bel horizon.

C’était l’école presbytérale

Du grand Bourg de Saint Michel

C’est là, que j’ai fait mes études primaires.

VII

En suite pour accéder aux secondaires,

Je fus envoyé á la ville des Gonaïves.

Mais les activités peu rentables

De mes courageux parents

Ne m’ont accordé que trois ans

Pour retourner sous le toit familial

Dans ma section rurale, mon pays natal. 

VIII

Alors mon père m’a choisi un précepteur

Un étudiant en droit Me Roger Dupiton

Un home loyal, sensible et bon ;

Qui allait plus tard devenir Directeur

Au Lycée des jeunes filles des Gonaïves.

C’est lui qui m’a formé pour la vie

Et m’a gardé d’aller á la dérive.

IX

Cette longue période passé á l’école

M’a rendu très paresseux.

Jene pouvais rien dans les travaux agricoles,

De la maison j’étais le plus malheureux.

De mon père j’ai perdu l’admiration,

Il me couvrait de malédictions;

Sans toutefois me haïr á l’extrême.

X

Enfin, ce fut une suite, une alternance,

De petits emplois quasi sans importance.

Parmi lesquelsquatre places d’instituteur,

Et de longues périodes sans travail;

Passée dans un comblede malheurs

Dignes d’être frappés en médaille

Qui finissent par me jeter dans l’armée

Où je vivote et existe désespéré.

XI

Durant mon passage dans l’armée,

Ce qui n’a pas trop duré.

Bien que dans la force de l’âge,

Je m’inscrivis au centre de rattrapage ;

Dirigé par Me Bristout et Me Malette

Pour rattraper la classe de troisième

C’est là que j’ai eu Me Ernest Châtelain

Un excellent professeur de littérature

Et de sciences sociales.

XII

Après les multiples pérégrinations

Sur toute la ligne, jonchées des déceptions

Qui sont décrites dans le petit roman

On a cessé de jouer au prince charmant.

On a cessé de frayer avec le monde

On a tourné le dos aux choses immondes

Pour entamer une nouvelle vie.

XIII

Une vie exempte d’impureté et de folie.

On a rompu avec le temple des idoles,

Pour étudier de Dieu, la vraie parole.

On s‘est conformé á ses principes,

Et on est devenu un vrai disciple.

Oui du fils de Dieu, Christ Jésus,

Non pas de « Dieu le fils, l’autre Jésus.

XIV

Le Jésus prôné par les fausses religions,

Qui fourmillent dans toutes les régions.

Finie ma sympathie pour le snobisme,

Assise ma conviction dans le christianisme.

Le reste de ma vie de bohème,

Est décrit en grande partie dans mes poèmes.

XV

En pleine guerre mondiale, dans les années quarante,

A une époque de détresse et de tourmente,

De Camathe mon aimable section rurale,

On enjolive maintenant et dit : communale ;

J’étais le premier à boucler le cycle primaire.

Et á entamer le cycle secondaire.

Après avoir échoué au dur concours,

D’admission á l’école normale Rurale,

Me croyant proscrit pour toujours

Je suis revenu dans mon pays natal.

Et là, j’ai voulu tourner le dos á la vie

Puisque je n’ai pu avoir d’autre envie.

Peut-être, étais-je poussé par un démon ?

Mais, après être revenu á la raison

Je me suis résolu á peindre l’univers

Par le moyen de chansons en vers.

J’ai chanté et blâmé des jeunes femmes

J’ai loué et maudit de jeunes hommes

Sans toutefois les élever sublimement

Ni les rabaisser infiniment.

Au fil du temps, Dieu s’est souvenu de moi

Et m’a fait passer comme premier lauréat

Le concours organisé par la H.A.C.H.O

Pour le recrutement des agents polyvalents

Ainsi, cette fois je suis sorti du Cahos.

 

II

Là, j’ai participé á la réalisation de multiples projets de développement communautaire Parmi lesquels- je cite :

 

Construction de la route ManzèbònKamat Saint Michel en passant par ravine fourmie à Crête á pin Marmelade avec le président du C.A.C de Trou Jean Pierre,  Joseph Dorcénat « Kamat »

Achat de terrain pour la construction de l’école Banque mondiale de Trou Jean Pierre avec président Joseph Dorcénat « Kamat »

Longue et patiente négociation pour l’achat de la première parcelle de terrain pour la construction de l’école Banque mondiale de Nan Pab Bas-de-Sault Pdt C.A.C. ElfaçonLusmat.

Recherche, patiente négociation, achat de terrain et construction de la maison d’école de Camathe innovée par maitre Willy Jean j’étais accompagné par le président du C.A.C. Athaniel Joseph du trésorier Occilan Joseph et du chef de la section Odonès Pierre.

Collection d’argent et de matériaux pour la construction de la maison d’école de Nan Pold Marmont avec les Pdt du C.A.C. Arius, Alvarez, SénorPdt-Vice Pdt-Trésorier.

 Construction route en terre battue « Mapou Chevalier á Bayonnais – Bayonnais á la Croix Périsse avec le président Eloy Zamor « Gonaïves »

Collection d’argent pour la construction du dispensaire de Bayonnais avec Eloy Zamor.

Collection d’argent pour la construction de la boulangerie communautaire de Carrefour la Branle avec la présidente Mme Joachim Hyppolite « Gonaïves »

Travaux de réparation des canaux d’irrigation de Dubédou avec le président Emmanuel Limage. « Gonaïves »

Le temps me manque pour parler de toutes les réalisations auxquelles j’ai participé : telle que le plan d’urgence de Gros-Morne en tant qu’animateur principal et assistant programmateur avec le président du C.A.C. le juge Benoit Joseph en tant qu’assistant coordonnateur á terre Neuve.

 

En tant qu’assistant coordonnateur d’unité de bombardopolis Môle Saint Nicolas Baie-de-Hene H.A.C.H.O- en tant qu’assistant directeur régional du Nord-ouest ONAAC.

 

En tant que coordonateur de l’unité de bombardopolis H.A.C.H.O.

 

En tant que superviseur régional du Nord-Ouest et superviseur du projet de construction du P.I.R.N.O. ONAAC avec les présidents PinchinatStinfil et Jean MondestinStinfil « siège Bombardopolis »

 

J’ai fait tout ce parcourt entre mil neuf cent cinquante quatre et mil neuf cent quatre vingt quatre ce qui totalise trente années de carrière et d’activités intenses et puis je suis tombé dans l’oubli, quel contraste ? Quelqu’un, un haïtien qui a travaillé seulement une année au Canada perçoit une pension – De quoi cela provient-il ? A vos pieds la Balle messieurs les décideurs.

 

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Philippe,Jean Frantz - dans ASSOCC - HAITI
commenter cet article

commentaires

">

Mes Articles Récents

  • Après quatre mois, L'ombre animale brille trois fois ...
    Le jeune romancier Makendy Orcel remporte trois prix littéraires avec son dernier roman édité chez Zulma tiré L'ombre animale. Cliquer sur ce lien pour lire l'article: http://lenouvelliste.com/lenouvelliste/article/158150/Trois-prix-litteraires-pour-...
  • 12 avril 2011 – 12 avril 2016 : cinquième anniversaire de naissance d’ASSOCC.
    Par Jean Frantz PHILIPPE, Rédacteur à INFERNO NEWS, Poète, haïkiste, photographe amateur, animateur culturel et enseignant. Émail : pejifrantzou1@gmail.com Hier, Pétion ville a été le siège d’un cinquième rappel de l'existence d’un grand espace culturel,...
  • Le clochard de ma ville perdue
    Il était une fois dans ma ville perdue, un clochard qui s’appelait Paulidord. Il était terriblement sale. Ses vêtements déchirés étaient aussi crasseux que son corps et ses cheveux. Il avait un air répugnant et son regard instable suivait toujours son...
  • Voyage incertain
    Le vent du nord souffle Et crève ma rêverie Puis dans un ciel nuageux Je voyage Comme un oiseau migrateur A la recherche de moi heureux Mes fantasmes et mes chimères Trouvent libres coups Dans un champ de jasmin Entourant des eaux bleues Encore souffle...
  • Nouveau printemps
    L'affection d'une mère pour son fils. Nouveau printemps assise sous le palmier d'en face dans ses cheveux le vent caresse les racines vitales sous les yeux des oiseaux Bonne fête ma petite sœur adorée, Sabine Philippe Jeune. Que ce nouveau printemps d'alliance...